Paris en guerre contre les logements vacants10/07/2017  



Le Conseil de Paris a voté mardi le principe d'une multiplication par quatre des taxes sur les résidences secondaires et les logements vacants dans la capitale. Ce vote fait suite à une proposition du groupe communiste à l'Assemblée nationale, qui a toujours plaidé en faveur de mesures dissuasives afin de libérer des dizaines de milliers de logements et faire baisser les prix d'au moins 20%. Il n’est que consultatif car cette augmentation ne peut être décidée que par le Parlement.


 Autres articles sur le même sujet :
Les résidences secondaires surtaxées à Paris

Dans un souci de libération des logements peu ou pas occupés, la mairie de Paris a voté ce lundi le principe d’une forte hausse de la taxe d'habitation des résidences secondaires.

Surtaxe sur les résidences secondaires à Paris

À l’occasion du Conseil de Paris, la Ville a confirmé qu’elle allait adopter la surtaxe de 20% sur les résidences secondaires, avec pour objectif la récolte de 15 millions d'euros en 2015.

« Surtaxe d’habitation » validée

Le Conseil Constitutionnel a validé la conformité du dispositif fiscal prévu dans la loi des finances rectificatives de 2014, visant à donner la possibilité aux conseils municipaux de certaines communes de majorer de 20 % maximum la taxe d'habitation des résidences secondaires meublées.

Exonération de taxe foncière sur les logements vacants

Un amendement autorise les collectivités territoriales à accorder un abattement de 25 %, pendant 5 ans, sur la taxe foncière due par les propriétaires de logements vacants.

Des aides pour transformer les bureaux en logement

L'Assemblée Nationale a voté la semaine dernière une mesure fiscale destinée à faciliter la transformation de bureaux vacants en logements, annoncée par Anne Hidalgo en 2014, lors de la course à la mairie de Paris.

Palmarès des meilleures villes pour acheter sa résidence secondaire

Le JDN et MeilleursAgents ont identifié les 10 villes où investir dans une résidence secondaire. Un classement réalisé sur la base du meilleur pouvoir d'achat immobilier parmi les communes françaises privilégiées pour l'acquisition d'un logement occasionnel.